visuel-article-ecran2_bb303584d2c3ed6bc4a4228261ca660e.jpeg

Le sommeil et les écrans

visuel-article-ecran2_bb303584d2c3ed6bc4a4228261ca660e.jpeg

Chaque année, le temps passé devant les écrans ne cesse d’augmenter, que cela concerne les écrans de télévision, de téléphones portables ou de tablettes. Ce phénomène est observé à tous les âges de la vie, et soulève aujourd’hui de nombreux questionnements sur l’impact des écrans sur la santé, notamment celles des enfants et des adolescents.

Les troubles du sommeil sont aujourd’hui une des conséquences de l’utilisation inadaptée des écrans, et pour mieux en comprendre la raison, il faut s’intéresser aux mécanismes du sommeil.

L'horloge biologique

L’organisme est soumis à des rythmes biologiques qui sont régulés par une horloge interne, située dans le cerveau (réseau de neurones ou noyaux suprachiasmatiques). Ces neurones ont pour mission de réguler différentes fonctions biologiques en fonction du moment de la journée : température, digestion, immunité, sommeil…

Cette horloge interne a un rythme proche de 24h, mais nécessite d’être remise à l’heure. Le principal synchroniseur de cette l’horloge est la lumière, puisqu’elle définit le cycle lumière-obscurité. Viennent ensuite l’heure des repas et les horaires de lever et de coucher.

La mélatonine, ce messager qui signale qu'il est l'heure d'aller dormir

La mélatonine, « l’hormone de l’horloge biologique », est naturellement sécrétée par la glande pinéale pendant la nuit, en l’absence de lumière. C’est un signal biologique qui permet donc à l’organisme de se synchroniser sur un rythme de 24h correspondant à l’alternance jour/nuit.

La mélatonine rythme un grand nombre de paramètres physiologiques, tels que le fonctionnement de divers organes, la température du corps, l’éveil et le sommeil ainsi que certaines sécrétions hormonales comme le cortisol (l’hormone du « stress »).

Elle atteint un pic de sécrétion entre 2h et 4h du matin. Sa synthèse s’arrête au lever du jour, lorsque la luminosité augmente.

La production de mélatonine diminue avec l’âge, parallèlement à un sommeil plus instable la nuit et à une somnolence accrue le jour.

L'impact des écrans sur le sommeil

La lumière artificielle ou « lumière bleue » perturbe l’horloge biologique et par cela même le sommeil. Cette lumière artificielle active des photorécepteurs situés dans la rétine, ce qui empêche la synthèse de la mélatonine.

Une étude d’optométrie (discipline visant à effectuer des mesures sur l’œil) de l’Université de Houston a montré comment la production de mélatonine diminue avec l’exposition à la lumière bleue, et comment le simple fait de porter des lunettes « anti-lumière bleue » tout en continuant à utiliser écrans ou tablettes permettait d’augmenter de 58% les niveaux de mélatonine des participants 1.

Une synthèse appropriée de mélatonine permet de retrouver un sommeil de qualité, et de bénéficier de toutes ses fonctions bénéfiques (régénération cellulaire, développement cérébral, stockage des apprentissages…).

Une utilisation appropriée des écrans est donc favorable pour un sommeil de qualité, à tout âge et plus particulièrement chez les enfants chez qui le sommeil représente une phase de croissance importante.

Conseils d'utilisation des écrans pour un sommeil de qualité

Source : 1Ophthalmic & Physiological Optics 27 June 2017 DOI: 10.1111/opo.12385 Attenuation of short wavelengths alters sleep and the ipRGC pupil response

Partager cet article : Partager

legende